Le Temps des Possibles à Chamonix

Trois semaines de rendez-vous pour une première Fête des Possibles

💬 VOIR TOUS LES TÉMOIGNAGES | VOIR TOUTES LES RESSOURCES 📚

Le Temps des Possibles à Chamonix

Temps de lecture : 8 min

À Chamonix, un jeune collectif citoyen s’est mobilisé autour du Pacte pour la Transition et a, dès l’automne venu, organisé sa propre Fête des Possibles de trois semaines, le Temps des Possibles !

On a rencontré Mado, une membre du collectif, pour vous en parler.

Informations

  • Format : Fête des Possibles participative qui a duré trois semaines
  • Organisateur : jeune collectif né pour monter un Pacte pour la Transition sur ses communes, qui enchaîne avec une Fête des Possibles
  • Thématique : « le temps », pour constituer un fil rouge et donner envie aux acteurs de la vallée de s’impliquer

Ce qu’on retient

  • Pour impliquer les citoyens il faut co-construire les projets
  • Pour ce collectif, les transitions ne se feront qu’en impliquant tous les acteurs du territoire
  • Un récit commun du territoire pour savoir d’où on vient et où veut aller est une pierre angulaire de l’action
  • Les tiers lieu peuvent être utilisés comme un espace de réflexion sur les valeurs du territoire

Une Fête des Possibles, une trentaine de rendez-vous

Une conférence sur la rénovation énergétique des logements, une journée de défrichage collaboratif, une conférence sur la philosophie politique de l’architecture… Du 12 septembre au 3 octobre 2020 on eu lieu plus de 30 événements à travers la Vallée de Chamonix, organisés grâce à la collaboration d’une vingtaine d’associations, des quatre communes du territoire, et de sa communauté de communes, ainsi que de très nombreuses volontés individuelles.

Une organisation intense pour les membres du collectif à l’origine du projet, avec un résultat très satisfaisant : « personne dans la vallée n’a pu ignorer le Temps des Possibles. »

Autour de Chamonix, Le Temps des Possibles a été l’occasion de valoriser les initiatives du territoire et d’encourager le lancement de nouveaux projets, la diffusion d’alternatives, la naissance d’engagements individuels et collectifs.

Un appel à participation très ouvert a été partagé à la fin du confinement aux différents acteurs de la vallée, et a résulté sur trois semaines d’une programmation très éclectique. L’Association du Mont Blanc 2.0 a ainsi pu présenter son projet de production d’énergie citoyenne « Power to the People »*, la commune de Vallorcines a organisé un temps d’échange sur la participation citoyenne autour de ses projets, suivi d’un atelier participatif sur le potentiel artistique de la vallée organisé par un particulier, l’association Le CREA Mont-Blanc et le magasin Patagonia à Chamonix ont proposé une journée sur le terrain sur les milieux naturels du massif du Mont-Blanc et les impacts du changement climatique…

*Littéralement « le pouvoir au peuple », mais on utilise aussi l’expression « electrical power » pour parler de l’électricité.

Le Temps des Possibles avait aussi été pensé comme un temps d’incubations de nouveaux projets dans la vallée, pour les mettre en avant, pour permettre aux différentes associations de recruter de nouvelles personnes, que des collaborations se créent…

De nouveaux projets voient aujourd’hui le jour, et une concertation entre les acteurs de la vallée se développe autour d’un projet de Tier-lieu.

Après le temps long du confinement, le thème du « temps des possibles » a été choisi pour donner un fil rouge aux structures et citoyens qui souhaitaient proposer un rendez-vous. « Ça répondait au contexte de cette année, le temps de la réflexion, le temps de rassembler les gens… ».

Plusieurs événements ont suivi le thème, comme la présentation par un groupe d’habitants de Servoz des premières avancées d’un roman qu’ils ont commencé à écrire de manière participative durant le confinement : l’histoire d’une journaliste qui débarque dans le village en 2050 pour filmer des portraits. Ce roman participatif donne l’occasion aux co-auteurs d’exprimer leur vision du futur de leur territoire.

D’autres événements se sont libérés du fil rouge, et c’était tout aussi bien !

Au final, en raison du Covid, et peut-être d’une couverture médiatique limitée, les participant·es n’ont pas été aussi nombreux que prévu, enfin, « quand je dis pas nombreux, on devait être entre 10 et 30 sur chaque projet, […] avec des échanges vachement intéressants, et […] un bilan vraiment très positif par rapport à l’intention générale. »

Il s’agit peut-être d’une première leçon pour le collectif : « il va falloir qu’on arrive à trouver à inclure plus de monde […] On se rend compte que pour que les gens s’impliquent, il faut qu’ils soient vraiment acteurs de l’événement, et du programme et des projets. Donc on a envie de faire vivre des expériences aux gens, des expériences sympas, pour qu’ils puissent eux-mêmes générer des idées, pour qu’ils puissent en parler plus facilement, et fédérer des gens autour d’eux. On a l’impression qu’on doit passer par ça pour avancer sur la suite. »

Mais en ce moment « avec la Covid c’est compliqué, il faudrait rassembler des gens et faire des réunions… On aimerait idéalement faire une rencontre physique où on peut présenter tout ce qu’on a fait, tout ce qu’on veut faire, et permettre à des gens d’intégrer des groupes de travail, mais tant qu’on ne peut pas se regrouper physiquement c’est un peu compliqué… On n’a pas envie de faire ça en ligne… ». [Mise à jour : finalement, dans l’attente de temps meilleurs, le collectif a organisé deux webinaires ce qui a motivé de nouveaux citoyens à rejoindre le collectif.]

Réunir plus de monde passera peut être aussi par une clarification de l’identité du collectif citoyen, auprès des habitants et des autres acteurs du territoire.

En effet, depuis le lancement du collectif en novembre 2019, les projets se sont enchaînés pour le noyau de 5 à 15 bénévoles sur-motivés, et leur réseau de soutiens. « On est un peu toujours dans l’urgence. On a toujours des délais, et du coup on avance par rapport à ces délais. »

Suite à la Fête des Possibles, le moment était venu de se poser pour revoir l’organisation interne du collectif et de penser à son identité. Jusque là, « On n’a pas créé d’association, on est resté un collectif [informel] tout du long, et c’était quelque chose avec laquelle les mairies n’étaient pas confortables. Tout le monde nous disait de monter une association, mais on ne voyait pas trop l’intérêt, parce-qu’on n’était pas organisateur mais plutôt fédérateur d’initiatives. On n’avait pas besoin d’avoir une responsabilité civile, on ne demandait pas de subventions. On a fait sans. »

L’informalité du collectif lui a sans doute permis plus de souplesse, mais entre les projets du Pacte pour la Transition, de la Fête des Possibles, le réseau des partenaires locaux des Temps des possibles, une association très proche du collectif avec laquelle il collabore beaucoup, pas facile de s’y retrouver. « On est en train de réfléchir à créer une association, qui va servir le collectif ».

« En Novembre 2020 nous avons réalisé tout un travail pour définir l’identité et les ambitions du collectif en se servant d’une méthode appelé Theory of Change. Ce travail nous a permis de mieux nous identifier, de clarifier nos principes et nos valeurs et de faire ressortir les chantiers sur lesquels nous avions envie de travailler. »

Cette réflexion sur l’identité du collectif ne signifie toutefois pas abandonner sa singularité.

En effet, à travers le format d’organisation de la Fête, et l’expérience du Pacte pour la Transition, le collectif du Temps des Possibles se singularise aussi par sa volonté de ne pas se restreindre dans ses alliances, de « fédérer tous les acteurs de la vallée pour créer des coopérations entre les acteurs de la vallée, individus, associations : on n’imagine pas qu’une transition puisse se faire sans tous les acteurs de la vallée ».

En amont des élections municipales, les membres du collectif ont ainsi échangé avec huit listes candidates aux élections municipales, alors que les associations n’osent pas forcément avoir des relations aussi directes avec les municipalités, face aux risques de perdre des financements et de complexifier leurs relations avec les élus. Pour répondre aux enjeux liés à la fréquentation touristique, à la pollution, à l’accès au logement, impossible d’agir sans les élus.

Au final trois communes sur quatre se sont engagées d’une manière ou d’une autre auprès du collectif, qui échange aussi avec la communauté de communes. « Nous souhaiterions travailler sur la mise en place d’une commission extra municipale sur le temps long et insistons sur le fait que nous souhaitons travailler sur une démocratie contributive plus que participative »

En attendant plus de résultats, les collectivités ont déjà pris leur part au Temps des Possibles. « Une des communes travaille déjà sur un projet de démocratie contributive et une autre organise des ateliers participatif. C’est vraiment très encourageant. »

Un autre enjeu est celui de la mobilisation des entreprises du territoire. Les relations peuvent parfois avoir du mal à se nouer, et les citoyens peuvent être méfiant quant à l’utilisation du collectif pour des fins de greenwashing.

Cela n’empêche pas le collectif de trouver sa place au sein des associations du territoire, et d’avoir de bonnes relations avec la plupart d’entre elles, celles-ci ayant participé au Temps des Possibles, et ont pour quatre d’entre elles financé sa communication.

Des associations, comme Inspire qui s’occupe de l’air et de l’environnement dans la vallée, ou le Créa, un centre de recherche qui étudie la faune et la flore suivent depuis le début les avancées du collectif. Au delà de la vallée de Chamonix, le Temps des Possibles a aussi de bonnes relations avec d’autres collectifs Pacte des environs, au Pays de Gex, dans la vallée de l’Arve…

Après un léger temps de flottement suite à la fin du Temps des Possibles, le collectif a pu retomber sur ses pattes et réfléchir à ses projets pour 2021, en clarifiant justement leur positionnement, leur raison d’être, leurs objectifs… afin de réfléchir aux moyens d’y répondre, et de les prioriser.

De nombreux projets sont ainsi en cours de réflexion au sein d’autant de groupes de travail qui sont toujours en lien avec un large écosystème d’acteurs. Un groupe continuera de travailler sur le Pacte pour la Transition, un autre sur l’identité du collectif et de ses éléments fédérateurs, un groupe réfléchit à un projet de tiers-lieu, et un dernier pôle se concentre sur les questions de formation et de gouvernance, potentiellement au service de tous les acteurs du territoire, entreprises et collectivités y compris.

L’idée de lancer un tiers-lieu qui en est à ses débuts est pensée comme un espace de réflexion sur les valeurs du territoire : un « living lab », un laboratoire d’idées, qui pourra être constitué d’un ou plusieurs espaces physiques pour fédérer et co-constuire des nouvelles visions pour la vallée et les manières de l’habiter. Cette réflexion est bien sûr partagée entre le réseau d’acteurs de la vallée.

Ce travail est encore une occasion de faire ressortir les idées sur le territoire : « il y a plein de besoins dans cette vallée, et c’est l’occasion de les recenser. Nous pensons qu’il serait intéressant de cartographier le tissu associatif et économique du territoire pour permettre d’identifier de possibles coopérations entre les acteurs. Pour cela nous pensons utiliser la méthode mis en avant par Solucracy qui consiste a poser des questions simples à chacun des acteurs sur ses services et ses besoins. »

Enfin, de manière transversale à tous ces projets, les membres du collectif souhaitent se former pour mettre en place des ateliers publics afin de construire une vision commune de l’avenir, à l’horizon 2035 et à l’horizon 2050.

Ces ateliers pourraient prendre plusieurs formes, et recourir à des animations liées à la narration, pour toucher tous les publics, notamment les jeunes. « On se dit tous que c’est le monde des jeunes qu’on est en train de discuter, on se dit qu’il faut les impliquer d’une manière ou d’une autre. Et c’est super riche, ce qui sort des discussions avec les jeunes… Surtout qu’on est sur un territoire où il y a vraiment un sens d’appartenance, la Vallée de Chamonix les gens sont assez fiers de l’habiter… Les jeunes partent étudier ailleurs, mais il y en a beaucoup qui reviennent. Ça fait partie des territoires où ça vaut le coup. Encore une priorité !… »